Inspiration // #TravelDiaries

Road Trip vers la Côte d’Azur

Par Tselana Travel

Une envie de Sud nous emmène sur la route, comme autrefois Trenet sur la Nationale 7. Nous passons par l’Ardèche pour voir du vert avant la Grande Bleue. Nous revenons par la Provence à la douceur de vivre immuable.


Les oliviers sont bleus ma petite Lisette,
L'amour joyeux est là qui fait risette,
On est heureux Nationale sept…

Faire étape au bord d’un lac


Nous quittons Paris en voiture avec notre fille, direction le Sud, en ayant prévu de faire une étape à une heure de Lyon pour couper la route.

Pour sortir des grands axes, nous avons choisi un hôtel de charme au cœur de l’Ardèche verte. L’Auberge du Lac est située tout près d’Annonay, à quelques kilomètres seulement de l’autoroute, pourtant le paysage est verdoyant, la vue sublime.


Un écrin de bien-être au bord du lac
Façade de l'Auberge du Lac

La piscine à débordement surplombe le lac et ses rives bordées de cèdres du Liban. Depuis la grande terrasse, on peut observer la ligne de crêtes du Parc Régional du Pilat.


La piscine à débordement
La terrasse & sa vue splendide

La région est réputée pour les eaux vives de ses rivières granitiques, qui ont permis le développement de la papeterie. Le village voisin a d’ailleurs connu son essor grâce aux Montgolfier et à leurs nombreuses inventions. Leur maison natale toute proche abrite aujourd’hui le Musée des Papeteries Canson et Montgolfier, qui fait revivre cette tradition et permet d’observer le processus de fabrication artisanale, de la pâte à papier à la feuille de dessin.


Musée des Papeteries Canson & Mongolfier
Musée des Papeteries Canson & Mongolfier

Le patrimoine naturel, industriel et gastronomique des environs (Cité du Chocolat Valhrona, vignobles Chapoutier, Via Fluvia…) mériterait de prolonger l’étape.

Même sans quitter l’Auberge, les plaisirs ne manquent pas. La table du chef formé par Bernard Loiseau propose des classiques revisités, très bien exécutés, avec des produits de saison, frais et locaux. Le rapport qualité-prix est excellent sur toute la ligne, de la table aux chambres.


Le restaurant
Alicia profite pleinement de la chambre

On n’est pas ici dans le grand luxe, plutôt dans la tradition des grandes auberges d’antan, où le charme du lieu allié à l’amabilité du personnel assurent la qualité du gîte et du couvert.

Nous reprenons la route pleinement reposés, ravis de cette découverte.


Goûter l’Age d’Or de la Côte d’Azur


Destination St Jean Cap Ferrat, horizon rêvé de ce voyage.

Le Grand-Hôtel du Cap-Ferrat désormais sous l’égide Four Seasons bénéficie d’un emplacement idéal, à la pointe du cap à quelques encablures de Nice.

Construit au début du XXème siècle, à une époque où la Riviera était presque exclusivement fréquentée par une élite fortunée et des têtes couronnées, le palace offre une élégance et une qualité de service digne de l’Age d’Or de la Riviera.


Au Grand-Hôtel du Cap-Ferrat
Vue magnifique de la terrasse

Tout est ici d’une rare beauté. Des fleurs fraiches partout, des tableaux de grands artistes jusque dans les chambres, du personnel attentif aux moindres détails… L’ambiance est vraiment merveilleuse.

Je traverse les jardins en m’enivrant de l’odeur du jasmin et m’émerveille du port majestueux des pins parasols.


La rotonde Gustave Eiffel

Le mythique Club Dauphin et sa piscine olympique d’eau de mer avec vue sur la Méditerranée ne déçoit pas. Comble du luxe, on peut y accéder par un funiculaire.

Ici pas de plage privée comme au Royal Riviera voisin, mais une échelle en contrebas de la piscine permet à ceux qui aiment la baignade en mer de prendre le large. Quelques cabanes avec matelas de repos, bar tout équipé et sonnette de service permettent de se délasser en toute intimité.

Après quelques longueurs, je déjeune au Club Dauphin où là encore le personnel assure un service impeccable.


Le mythique Club Dauphin

De retour à l’hôtel je découvre le vaste spa qui permet de prolonger les bienfaits des bains en plein air. La piscine intérieure et le jacuzzi sont agréables.


Le spa
Moment de détente en famille

Un lieu fidèle à sa légende, avec un service plus que parfait et une atmosphère incomparable.


Remonter par la face ouest du Mont Ventoux


Détour par les Côtes du Ventoux, je sors à Avignon pour faire étape dans un village perché.


Vue depuis Crillon le Brave

La vallée de la Mède est quadrillée de vignes, de vergers et de champs de céréales, Crillon-le-Brave apparait en surplomb, avec ses façades, ses génoises et ses tuiles rondes blanchies par le soleil.


L'hôtel tout en pierre blonde de Crillon
Le restaurant La Madeleine

Depuis le Moyen-Age les carrières de Crillon sont réputées pour la clarté de leur pierre au grain très fin. De nombreux vestiges témoignent de l’époque où le village était fortifié, comme la porte dans les remparts, sur laquelle veille une Vierge en terre cuite.

Le château, dont subsistent des tours du XVème siècle, forme le cœur de cet hôtel 5 étoiles réparti dans différentes maisons anciennes disséminées par ci par là. On est ici comme dans une maison privée : chaque unité a son caractère propre. Le personnel est très attentionné et l’accueil personnalisé.

Un lit parapluie trouve confortablement sa place dans notre chambre qui est spacieuse. Les produits proposés ont été sourcés chez des artisans locaux : le pain vient de la boulangerie bio à côté, les confitures du producteur qui est présent sur le petit marché en face de l’hôtel le samedi matin.

On parcourt agréablement les parties communes en extérieur, de ruelles en placettes reliant les différents espaces.


Un service attentionné & personnalisé
Les ruelles de Crillon le Brave au charme indéniable

Le terrain de pétanque, la piscine chauffée et les terrasses offrent tous des points de vue différents sur le Ventoux et le Luberon. Le parcours est agréable, mais pas du tout adapté aux PMR, ni même aux enfants en bas âge.


L'heure de la pétanque
La piscine chauffée

Le spa situé dans les anciennes écuries voûtées et la salle de fitness complètent la gamme détente de prestations proposées par l’établissement au luxe discret.


Le Spa des Écuries décline toute une palette de soins personnalisés

L’hôtel accepte les chiens moyennant un supplément, même dans les restaurants, ce qui est appréciable pour les gens qui aiment les animaux mais à l’inverse…

C’est donc avec l’expérience d’une vie de village provençal idéal que se termine ce road trip aux accents du Midi.


■ Céline A.


Partager l'article

Tselana travel vous recommande