Inspiration // #TravelDiaries

L’Italie, chronique d’une passion dévorante

Par Tselana Travel

Le temps des voyages est revenu. Entre l’Espagne et le Mozambique et juste avant un départ pour les Caraïbes, deux incartades en Italie, contrée aux multiples facettes dont on ne se lasse jamais : Venise au mois d’avril et les Pouilles au mois de mai. Deux visions de l’Italie radicalement différentes et toujours aussi fascinantes.

(Re)découvrir Venise encore & encore


La Sérénissime n’a pas perdu de sa splendeur et envoûte toujours autant. J’aime le mois d’avril : le temps y est globalement clément malgré quelques orages rafraîchissants et il est tout de même plus facile d’y flâner sans être oppressé par la horde de touristes habituels.

L’organisation de ce voyage est parfaite : l’apéritif servi à bord d’une gondole dès notre arrivée nous projette immédiatement dans un autre monde. C’est un peu cliché, certes, mais quel plaisir de retrouver un émerveillement presque enfantin.


À la (re)découverte des canaux de Venise
Le symbole ancestral de Venise : ses traditionnelles gondoles

La découverte des canaux en bateau, le lendemain, suivie d’une flânerie dans les quartiers populaires de Venise (pas un touriste) s’achève par la visite de la basilique Saint-Marc avec le coupe-file tant attendu.
Notre guide, Lucia, est excellente et nous ouvre même les portes du Palais des Doges pour une visite quasi privée de ce monument tellement pris d’assaut que je n’avais eu le courage de le visiter qu’une seule fois en 6 passages ces 10 dernières années.


Détail
La sublime façade du Palais des Doges

Re découvrir le musée Peggy Guggenheim est un moment de plénitude qui se mérite : veillez à y être dès l’ouverture pour profiter pleinement de cet environnement d’une sérénité absolue.

Barbara et Isabelle, à l’initiative de cette « re découverte », sont plus qu’attentionnées et nous laissent suffisamment de moments libres pour flâner à notre guise (c’est tout aussi important que d’enchaîner les visites).


Le charmant quartier de Castello, un réel coup de cœur
Un habitant de Venise

J’en profite pour faire un saut au Saint-Régis, tout proche du Palazzo Bauer et entièrement restauré en 2018, m’offrir un Spritz sur une terrasse et passer chez le coiffeur recommandé par le concierge du Bauer. Presque impossible à trouver car situé dans une toute petite impasse au fond d’une toute petite courette et il m’a fallu plus de 15 minutes au lieu des 3 requises pour l’atteindre.
J’apprécie ces moments où l’impression de se fondre dans la vie quotidienne vous envahi.


L'hôtel The St. Regis Venice
Marché flottant à Castello

Notre hôte, le Palazzo Bauer, l’une des légendes de Venise, a certes besoin d’un rafraîchissement. Mais le personnel et le service y sont hors norme : professionnel, chaleureux et sans obséquiosité aucune. Le rooftop et la plus grande terrasse extérieure de la ville valent définitivement le détour !


Le Bauer Hotel
Vue de la chambre à l'hôtel Bauer

Escapade dans le Talon de la botte italienne


Fin mai, direction les Pouilles.
Mon dernier voyage dans les Pouilles en 2018 m’avait conduit jusqu’à Ostuni. Déjà magique.
La région de Salento est plate et aride. Les oliveraies atteintes de xylella fastidiosa grises et tristes. Et pourtant, la région regorge de trésors et dégage un charme incommensurable.

A Lecce, mon cœur s’emballe : c’est un véritable coup de cœur pour la « Florence du Sud ». Cette ville baroque mérite que l’on s’y attarde, que l’on prenne le temps d’y déambuler, jour après jour, pour y découvrir ses merveilleux palais et églises, son théâtre grec, et s’imprégner de la dolce vita qui y règne.
D’autant qu’il faut suivre le rythme : lever tôt, sieste et coucher tard… La chaleur rythme le cours de la vie et il y fait déjà plus de 30° en journée à cette époque de l’année.


Balade dans les ruelles de Lecce
La terrasse du restaurant La Torre di Merlino

La Fiermontina, l’un des plus beaux hôtels de la ville, est à recommander pour son raffinement mais aussi pour son emplacement idéal à 5 minutes à pied de la Porte de Naples mais dans une rue particulièrement calme.


À La Fiermontina
La Porte de Naples

La forteresse et le château d’Otrante, le port de pêche de Gallipoli et les plages de sable enfouies sous des pinèdes à l’abri des regards, se découvrent lentement.


Balade dans les ruelles de Lecce
Vue de Gallipoli

Mais mon gros coup de cœur va… vers une adresse encore secrète à Novoli (15 minutes en train ou en voiture de Lecce). Un domaine de 6 hectares d’un raffinement sans nom et qui tiendra toutes ses promesses lors de son ouverture prévue en 2023. A suivre donc !


■ Marie-Louise N.


Partager l'article

Tselana travel vous recommande